Traitement des troubles de la menstruation

Lors de l’emploi de préparations au gestagène, il peut y avoir des saignements intermédiaires ou des spottings. Ce phénomène est généralement passager et n’exige aucun traitement. Après la pose du premier SIU Mirena® également, on assiste souvent à des saignements irréguliers dans les 3 à 6 premiers mois qui diminuent ensuite nettement. Ainsi, à la fin de la première année, la plupart des femmes n’ont plus qu’un à deux jours de règles par mois, et près de la moitié d’entre elles n’en ont plus du tout. Cet aspect notamment devrait impérativement être discuté de manière approfondie dans une consultation préalable à la pose. (Si l’on retire un SIU au bout de 5 ans et qu’on en pose immédiatement un nouveau, le schéma hémorragique précédent reste maintenu – autrement dit, il n’y a pas à nouveau de saignements accrus.)

Il peut toutefois arriver à l’occasion que les règles, après la pose d’un premier SIU Mirena® , soient plus longues et/ou plus abondantes. Il n’est toutefois pas possible de prédire le risque individuel de saignements prolongés ou plus abondants, puisqu’il n’y a pas de facteurs de risque connus. Il convient cependant de proposer un traitement soit si la qualité de vie de la patiente en souffre, soit s’il y a une indication médicale en raison de la perte persistante de sang. Pour cette situation, il n’y a pas encore de traitement standard à l’heure actuelle. Les options ci-après sont disponibles:

  • Exclusion de myomes ou d’un mauvais positionnement du DIU/SIU par échographie ou hystéroscopie. (Mirena® peut également rester en place après l’hystéroscopie.)
  • Prise supplémentaire d’un contraceptif oral combiné, ou administration d’œstradiol ou d’éthinylœstradiol oral ou transdermique pendant 3 mois.
  • La mifépristone (un antagoniste des récepteurs de la progestérone) bloque les récepteurs de la progestérone et stimule la formation des récepteurs de l’œstrogène dans l’endomètre. Cet effet peut être renforcé par l’administration supplémentaire d’œstrogène sous forme de 20 mcg d’éthinylœstradiol du 2e au 5e jour. L’endomètre peut à nouveau proliférer, l’hémorragie s’arrête.
  • 100 mg de doxycycline deux fois par jour pendant 5 jours. L’effet de la doxycycline ou des tétracyclines consiste à inhiber les métalloprotéinases matricielles dans leur action sur la dégénérescence matricielle dans le tissu conjonctif. Les métalloprotéinases matricielles sont importantes dans l’endomètre pour la prolifération de la muqueuse. On a pu prouver un schéma modifié des métalloprotéinases matricielles chez les utilisatrices de progestatifs de longue durée.
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • Acide tranexamique

Pour un résumé de la marche à suivre en cas d’hémorragies sous contraceptifs purement progestatifs :

– Treatment of vaginal bleeding irregularities induced by progestin only contraceptives. Abdel-Aleem H, d’Arcangues C, Vogelsong KM, Gülmezoglu AM. Cochrane Database Syst Rev. 2007 Oct 17;(4):CD003449.

– Bleeding pattern changes with progestogen-only long-acting reversible contraceptives, Sexual Health & Family Planning Australia

– Blutungsstörungen unter reiner Gestagen-Langzeitkontrazeption mit subdermalen Implantaten Teil 2: Management von Zusatzblutungen unter subdermalen Implantaten, Der Frauenarzt, 2011, Hans-Joachim Ahrendt, Christian Egarter

– M. Ludwig: Hormonelle Kontrazeption – ein Handbuch für die Praxis, 2009